retour à l'accueil

L’Envers de l’Histoire contemporaine
Étude de la « trilogie allemande »
de Louis-Ferdinand Céline

par Marie Hartmann

Tirage limité à 200 exemplaires. ISBN : 2-913193-10-2 2006, 272 pages.
Prix public : 60 Euros.

À partir de 1955 et jusqu’à sa mort en 1961, Céline élabore ce qu’on a appelé « la trilogie allemande » : D’un château l’autre, Nord et Rigodon. Prenant comme point de départ le séjour forcé de Pétain et du reste de la Collaboration à Sigmaringen en Bavière (au moment du débarquement des Alliés), cette trilogie raconte la traversée de l’Allemagne défaite, par Céline, Lili, sa femme et Bébert le chat, associés à des compagnons d’infortune. Avec un parti pris d’une mauvaise foi jamais démentie et parfois insoutenable pour le lecteur, Céline détaille l’histoire contemporaine dans tous ses aspects : politiques, polémiques, poétiques. Ce cycle allemand se présente comme une réécriture et une négation de l’histoire, comme dévoilement des soubassements meurtriers de l’Histoire, comme invention d’une autre Histoire dont Céline met en valeur la composante musicale. Reprenant le titre d’un roman de Balzac, cette étude s’intitule en conséquence : l’Envers de l’Histoire contemporaine. Le choix d’un tel titre est l’indice de la distance critique du commentaire. À la société secrète de saints bienfaiteurs qu’évoque Balzac, s’oppose la description des « réprouvés » de Sigmaringen que Céline présente faussement comme des martyrs. En effet, outre la connaissance précise de l’histoire contemporaine, la lecture de ces romans nécessite pour tout lecteur d’accepter un pacte inconfortable entre stupeur incrédule, rejet total et ironie, c’est-à-dire compréhension du double ou du triple sens. À ces conditions il peut rentrer dans un texte qui suscite volontairement les passions en brouillant les règles de connivence qui régissent habituellement le lien entre auteur et lecteur.