retour à l'accueil

Études céliniennes

N°4 – Hiver 2008

Cette quatrième livraison d’Études céliniennes paraît en fin d’année 2008, année particulièrement riche en événements autour de Céline. À commencer – chronologiquement – par la réalisation du site internet de la Société d’études céliniennes, la publication d’un hors-série du magazine Lire, la tenue du dix-septième colloque international Louis-Ferdinand Céline à Milan sur la transposition et la traduction, les parutions d’Un autre Céline et de Céline au Danemark, du débat “ Pourquoi ne lit-on pas Céline ? ” au Salon de la revue (débat sur lequel nous reviendrons), enfin les sorties de la correspondance Epting, des Actes de la journée d’études Céline-Paulhan et du remarquable Dictionnaire des personnages dû à Gaël Richard.
Reflet de ce que cette diversité d’approches (dans ce que nous estimons être le plus pertinent), ce numéro présente des études sur la transposition (articles Johanne Bénard et d’Émile Brami) et de recherches biographiques (article d’Éric Mazet, moindrement l’entrée Gabriel Bonvalot en Documents), tout en donnant place aux analyses textuelles dans leur pluralité méthodologique (études de Yoriko Sugiura, de Joël Boilard et de David Décarie).
La rubrique Lectures propose cette fois-ci non des comptes rendus d’études en langue anglaise (comme annoncé dans le précédent numéro) mais en allemand et italien, ainsi que quatre recensions du domaine français de l’actualité critique de langue française.
Avant d’en venir à la partie bibliographique de la revue, où figurent en bonne part les traductions du monde slave – pour laquelle, faute de temps , nous reportons un certain nombre d’informations liées aux éditions ukrainiennes et chinoises, sous réserve d’une collecte fructueuse de données auprès de détenteurs d’exemplaires justificatifs, la rubrique Documents se rapporte à deux moments du corpus : le substrat historique de Guignols’band avec la figure (et le récit) de Gabriel Bonvalot d’une part, la réception de Voyage au bout de la nuit, d’autre part, avec un étrange article – reproduit en fac-similé – du futur Saint-Paulien, Maurice-Ivan Sicard, article valant autant par les propos rapportés de Lucien Descaves que par ce qu’il restitue du ton de l’époque.
Tout au souhait d’exprimer la vitalité de la Société d’études céliniennes, le quatrième épisode de sa revue espère aussi, par son souci de rigueur et son ouverture aux nouvelles approches textuelles, atteindre de nouveaux publics.

André Derval

ISSN : 1779-3432 – ISBN : 2-913193-16-1 2008, 172 pages. Prix public : 25 Euros.  

SOMMAIRE DU N°4

ETUDES/SOMMAIRE DES RÉSUMÉS
Johanne Bénard : Céline transposé : l’adaptation des romans de Céline au théâtre
Yoriko Sugiura : Stratégie de l’humour chez Céline : une lecture deleuzienne
Émile Brami : Céline et le cinéma : les tentatives d’adaptation
Joël Boilard et David Décarie : Figures et roman dans Voyage au bout de la nuit
Éric Mazet : Le voyage de février 1937 à New York

LECTURES
Louis-Ferdinand Céline – Céline à Bezons, 1940-1944 – « Ein Wildes Produkt » – Mort à crédit Louis- Ferdinand Céline – Céline e altri francesi – Céline medico e malato – As-tu lu Céline ? – L.-F. Céline et Karl Epting – Céline, les derniers secrets.

DOCUMENTS
Gabriel Bonvalot, L’Asie inconnue
Maurice-Ivan Sicard, « Force littéraire 1933 »


BIBLIOGRAPHIE
Traductions des oeuvres de L.-F. Céline : 1996-1999, Addenda.
Traductions des oeuvres de L.-F. Céline : 2000-2004.

Résumés / Abstracts